Les entreprises québécoises en technologie craignent que la nouvelle loi sur la langue ne nuise au recrutement et à l'économie