Béatrice T NgatchaPh.D., J.D. Associée, Agent de brevets et Avocate

Profil

Associée, Agent de brevets et Avocate

Béatrice T. Ngatcha est avocate et agent de brevets au sein du groupe de propriété intellectuelle de Lavery. Elle est inscrite à titre d’agent de brevets au Canada et aux États-Unis et est également avocate admise au Barreau de l’Ontario et membre du Barreau du Québec (c.j.c). Béatrice est titulaire d’un doctorat en chimie de l’Université Laval et a été boursière postdoctoral au Conseil national de recherches à Ottawa. 

En plus d’une importante pratique en rédaction et obtention de brevets pour des clients canadiens et étrangers, l’expertise de Béatrice est mise à contribution dans les domaines du litige en propriété intellectuelle, des secrets de commerce, des revues diligentes transactionnelles, du développement de stratégies commerciales reliées aux brevets, de la création de valeur de portefeuille brevet, d’octroi des licences et d’arbitrage.

Béatrice présente fréquemment des conférences en propriété intellectuelle lors de congrès académiques et professionnels.

En septembre 2018, Lavery Avocats et Goudreau Gage Dubuc (GGD) ont intégré leurs opérations afin d’offrir une gamme complète de services juridiques à leurs clients.

Publications

  • « Validité », JurisClasseur Québec, coll. « Droit des affaires », Propriété intellectuelle, fasc. 28, Montréal, LexisNexis Canada, feuilles mobiles
  • « Canada Federal Court of Appeal Plavix decision – A sigh of relief for pharmaceutical industry », Quarterly Newsletter of AIPLA Chemical Practice Committee, vol.2, no 1, hiver 2014
  • « Utility and Sound Prediction – Lessons from the Canadian Courts », Chemistry and the Law (a division of the American Chemical Society) Newsletter, printemps 2012
  • « Good Faith Requirement During Patent Prosecution in Canada – Federal Court Clarifies its Impact on Patents», Chemistry and the Law (a division of the American Chemical Society) Newsletter, automne 2011
  • « Data Protection in Canada – Overview and Tips », Chemistry and the Law (a division of the American Chemical Society) Newsletter, printemps 2011
  • « Canada: Re-examination Cannot Be Used To Avoid Dealing With Credibility Issues Surrounding Prior Art: Prenbec And Quadro v. Timberblade and Commissioner of Patents », APLF IP Law Bugle, mai 2010
  • « Brevets de sélection : l’état du droit au Canada », Revue canadienne de propriété intellectuelle (2010), vol. 25, no 1
  • « Section 8 of the Patented Medicines (Notice of Compliance) Regulations: Apotex Inc. v. Merck Frosst Canada Ltd. », APLF IP Law Bugle, mars 2010
  • « Duty of Candour in Canadian Patent Prosecution enhanced: Lundbeck Canada Inc., H. Lundbeck a/s and Merz Pharma GmbH & Co. KGaA v. Ratiopharm Inc. and The Minister of Health », Chemistry and the Law (une division de American Chemical Society) Newsletter, printemps 2010
  • « Bayer Inc. v. The Minister of Health and The Attorney General of Canada », Legal Alert 2010, vol. 28, no 11
  • « Listing of Formulation Patents – Beware: Bayer Inc. v. The Minister of Health and The Attorney General of Canada », APLF Law IP Bugle, janvier 2010
  • T. Ngatcha, Béatrice; Trottier, M.-C.; Poirier, D. « 13C Nuclear Magnetic Resonance Spectroscopy Data of a Variety of Androsterone and epi-Androsterone derivatives Substituted at Position 3ß or/and 3a», Current Topics in Steroids Research 2011, 8, 35
  • T. Ngatcha, Béatrice; Laplante, Y.; Labrie, F.; Luu-The, V.; Poirier, D. « 3ß-Alkyl Androsterones as Inhibitors of Type 3 17ß-Hydroxysteroid Dehydrogenase: Inhibitory Potency in Intact Cells, Selectivity Towards Isoforms 1, 2, 5 and 7, Binding Affinity for Steroid Receptors, and Proliferative/Antiproliferative Activities on AR+ and ER+ Cell Lines », Mol. and Cell. Endocrinol, 2006, 248, 225-232
  • T. Ngatcha, Béatrice; Luu-The, V.; Labrie, F.; Poirier, D. « Androsterone 3a-Ether and/or 3ß-Substituted Derivatives as Inhibitors of Type 3 17ß-Hydroxysteroid Dehydrogenase: Chemical Synthesis and Structure-Activity Relationship », J. Med. Chem. 2005, 48, 5257-5268
  • T. Ngatcha, Béatrice; Labrie, F.; Luu-The, V.; Poirier, D. « Androsterone C16-Substituted Derivatives: Chemical Synthesis, Inhibition of Type 3 17ß-Hydroxysteroid Dehydrogenase, Binding Affinities on Steroid Receptors and Proliferative/Antiproliferative Activities on Shionogi (AR+) Cells », J. of Enzyme Inhibition and Med. Chem. 2002, 17(3), 155
  • T. Ngatcha, Béatrice; Luu-The, V.; Poirier, D. « Androsterone 3a-Substituted Derivatives as Inhibitors of Type 3 17ß-Hydroxysteroid Dehydrogenase », Bioorg. Med. Chem. Lett. 2000, 10, 2533
  • T. Ngatcha, Béatrice; Poirier, D. « Diastereoselective Addition of Organomagnesium Reagents to 17ß-TBDMS-Dihydrotestosterone », Synthetic Communications 1999, 29, 1065
  • Chênevert, R.; T. Ngatcha, Béatrice; Rose, Y.S.; Goupil, D. « Regio and Enantioselectivity of the Enzyme-Catalized Hydrolysis of Citric Acid Derivatives », Tetrahedron: Assymetry 1998, 9, 4325
  • Dionne, P.; T. Ngatcha, Béatrice; Poirier, D. « D-Ring Allyl Derivatives of 17ß- and 17a-Estradiols: Chemical Synthesis and 13C NMR Data », Steroids 1997, 62, 674

Conférences

  • Béatrice est souvent invitée à donner des conférences couvrant des sujets reliés à la PI — quelques titres énumérés ci-dessous, à des diverses institutions académiques et professionnelles, incluant McGill, Concordia, UQAM, Université de Montréal, École Polytechnique, INRS, IRICoR, UNIVALOR, CDEC, REPAF et WeWork, 2012-présent
    • « Intellectual Property and Commercialization »
    • « Inventorship and Ownership »
    • « Patents and Inventorship in Academia »
    • « Le Brevet : plus qu’une protection, un outil de commercialisation »
    • « Entente de collaboration et propriété intellectuelle »
    • « La protection de l’innovation et les enjeux reliés à la propriété intellectuelle »
  • « Patents and Inventorship – The Canadian perspective », American Chemical Society National Meeting, Chemistry and the Law Division, Indianapolis, IN, septembre 2013
  • « Recent developments in Canadian Patent Law », American Chemical Society National Meeting, Chemistry and the Law Division, Denver, CO, septembre 2011
  • « Selection Patents alive and well in Canada: the Sanofi decision », American Chemical Society National Meeting, Chemistry and the Law division, Washington D.C., août 2009
  • « Patent Prosecution in Canada: What’s New? », American Chemical Society national meeting, Chemistry and the Law division, Philadelphie, PE, août 2008
  • « A Second Patent on my Patented Compounds: The Law of Selection Patents in Canada », American Chemical Society national meeting, Chemistry and the Law division, Philadelphie, PE, août 2008
  • « Value of a Chemical Patent », Industrial Chemistry Symposium, Edmonton, AB, mai 2008
  • « Patenting and Protecting your Life Science Invention », Health Care Products Association of Manitoba, Winnipeg, MB, juin 2007
  • « Patenting and Protecting your Chemical Invention », Intellectual Property Seminar, réunion annuelle de l’Institut de chimie du Canada, Halifax, N-É, mai 2006; Winnipeg, MB, mai 2007; Edmonton, AB, mai 2008
  • Luu-The, V.; Poirier, D.; T. Ngatcha, Béatrice; Labrie, F. « Characterization of New Potent Inhibitors of Type 3 17ß-Hydroxysteroid Dehydrogenase », « 81st Annual Meeting of the Endocrine Society », San Diego, juin 1999
  • T. Ngatcha, Béatrice; Luu-The, V.; Labrie, F.; Poirier D. « Androsterone Derivatives Substituted at Position 3: Chemical Synthesis and Inhibitory Activity on Type 3 17ß-Hydroxysteroid Dehydrogenase », 67e Congrès de l’ACFAS, Ottawa, Canada, mai 1999
  • T. Ngatcha, Béatrice; Luu-The, V.; Labrie, F.; Poirier D. « 3ß-Substituted Androsterone Derivatives as Inhibitors of Type 3 17ß-Hydroxysteroid Dehydrogenase», «217th National American Chemical Society (ACS) Congress », Anaheim, mars 1999
  • T. Ngatcha, Béatrice; Luu-The, V.; Poirier D. « 3a-Ether Derivatives of 3ß-Substituted Androsterone as Inhibitors of Type 3 17ß-Hydroxysteroid Dehydrogenase », 217th National American Chemical Society (ACS) Congress, Anaheim, mars 1999
  • Poirier, D.; Maltais, R.; T. Ngatcha, Béatrice; Tremblay, M. « The Combinatorial Chemistry and the Development of Therapeutic Agents: The Case of 17ß-Hydroxysteroid Dehydrogenase Inhibitors », 40e Club de Recherche Clinique du Québec, Mont-Tremblant, Canada, octobre 1998
  • T. Ngatcha, Béatrice; Poirier, D. « Stereoselectivity of the Addition of Organomagnesium Reagents to 17ß-TBDMS-Dihydrostestosterone », « 216th National American Chemical Society Congress », Boston, août 1998
  • T. Ngatcha, Béatrice; Labrie, F.; Poirier, D. « Synthesis and Hormonal Profile of Androsterone Derivatives Substituted at Position 16 », « 10th International Congress on Hormonal Steroids », Québec, Canada, juin 1998
  • Poirier, D.; Tremblay, M.; T. Ngatcha, Béatrice; Dionne, P. « 13C NMR Data as a Useful Tool in the Stereochemistry Determination of D-ring Substituted Steroids », 8e Minisymposium Québec-Ontario sur la chimie bio-organique, Québec, Canada, novembre 1997
  • T. Ngatcha, Béatrice; Luu-The, V.; Poirier, D. « Bromopropyl Androsterone Derivatives as Type 3 17ß-Hydroxysteroid Dehydrogenase Inhibitors », Congrès de l’Ordre des chimistes du Québec, Laval, Canada, juin 1997
  • Dionne, P.; T. Ngatcha, Béatrice; Poirier, D.; Labrie, F. « Estradiol D-Ring Substitution: Analysis by Nuclear Magnetic Resonance (NMR) », 65e Congrès de l’ACFAS, Trois-Rivières, Canada, mai 1997
  • T. Ngatcha, Béatrice; Luu-The, V.; Poirier, D. « Synthesis of Bromopropyl Androsterone Derivatives », 65e Congrès de l’ACFAS, Trois-Rivières, Canada, mai 1997
  • T. Ngatcha, Béatrice; Dionne, P.; Poirier, D. « D-Ring Allyl Derivatives of Estradiol: Synthesis and 13C NRM Data », 7e Minisymposium Québec-Ontario sur la chimie bio-organique et organique, Waterloo, Canada, octobre 1996
  • T. Ngatcha, Béatrice; Chênevert, R. « Enzymatic Hydrolysis of Citric and Tricarballylic Esters », 63e Congrès de l’ACFAS, Chicoutimi, Canada, mai 1995

Activités professionnelles et communautaires

  • Secrétaire corporative du Pôle de Recherche et Innovation en Matériaux Avancés (PRIMA Québec), 2019-présent
  • Coach et Évaluatrice de projets, Fondation Montréal Inc., 2018-présent
  • Membre du Conseil d’administration du Centre des arts de la scène Pauline-Julien, 2019-présent
  • Membre du groupe « Sistah Girl » (femmes noires en propriété intellectuelle), 2017–présent
  • Membre du Réseau des Entrepreneurs et Professionnels Africains (REPAF), 2017–présent
  • Programme de mentorat, Université d’Ottawa, 2017-présent

Distinctions

  • « Senior Chief Justice Award for the highest standing in the course Art de la Plaidoirie », Université d’Ottawa, 2009
  • Bourse d’admission Gowling-Lafleur-Henderson, Université d’Ottawa, 2006-2007

Formation

  • J.D., Université d’Ottawa, 2009
  • Postdoctorat, SIMS, NRC Steacie Institute for Molecular Sciences, 1999-2000
  • Ph.D. (chimie organique/médicinale), Université Laval, 1999
  • M.Sc. (chimie biorganique), Université Laval, 1995
  • Maîtrise (chimie organique), Université de Yaoundé, 1992
  • Licence (physique et chimie), Université de Yaoundé, 1991

Conseils et associations

  • Association du Barreau canadien
    • Membre du Comité des Brevets, 2016-2018
  • Institut de la propriété intellectuelle du Canada (IPIC)
    • Membre du conseil d'administration, 2021-2022
    • Éditrice-en-chef de la Revue canadienne de la propriété intellectuelle (RCPI), 2019-présent
    • Membre du Comité d'enjeux autochtones en matière de propriété intellectuelle, 2018-présent
    • Présidente du Comité Services aux membres et information, 2017-2019
    • Membre du Comité de consultation mixte – Brevets, 2001-2006
    • Membre du Comité Biotechnologie, 2003-2006
  • American Intellectual Property Law Association(AIPLA)
    • Membre du comité « Chemical Patent Practice », 2015-présent
  • American Chemical Society(ACS)
    • Membre du Comité « Patents and Related Matters », 2004-2009
    • Co-secrétaire de la division « Chemistry and the Law », 2005-2009
  • Institut de chimie du Canada (ICC)
    • Membre du Comité exécutif de la section de Montréal, 2019-présent
    • Présidente de la division « Economics and Business Management », 2010
  • Collège des agents de brevets et des agents de marques de commerce (CABAMC)
  1. Produits naturels et innovations pharmaceutiques : quelles sont les possibilités en matière de brevets d'invention?

    Les produits naturels jouent un rôle important dans l’innovation pharmaceutique. Ils constituent les composants actifs de nombreux médicaments. Par exemple, près de la moitié des petites molécules utilisées pour le traitement du cancer sont des produits naturels ou des produits directement dérivés de produits naturels1. Ils sont également les composants de vaccins. Ainsi, l’industrie pharmaceutique cherche sans cesse à avoir accès aux produits naturels et aux savoirs traditionnels qui leur sont associés. Ceux-ci incluent les plantes (racines, écorces, feuilles), les micro-organismes (terrestres et marins), les toxines, les venins et autres agents biologiques naturels.  En cette période de pandémie où l’on assiste à une course effrénée pour la mise au point d’un médicament et/ou d’un vaccin contre la COVID-19, l’idée de considérer l’utilisation des produits naturels ou dérivés de ceux-ci comme point de départ n’est sans doute pas à écarter. La collecte sur le terrain des ressources naturelles pour usage par l’industrie pharmaceutique est généralement effectuée par des partenaires (guérisseurs traditionnels, fermiers, universitaires ou commerciaux). Ainsi, le processus implique généralement plusieurs acteurs, notamment des fournisseurs et des utilisateurs de ressources naturelles et des savoirs traditionnels qui leur sont associés. Ces différents acteurs sont souvent situés dans des régions différentes de la planète. Une collaboration juste et équitable dans un tel contexte nécessite la mise sur pied d’ententes de collaboration et d’accords d’accès et de partage des avantages, bien élaborés. La conclusion de tels accords est encouragée par divers instruments de droit international. Entre autres : La Convention sur la diversité biologique (CDB) qui reconnaît la souveraineté des États sur leurs ressources naturelles. La CDB énonce des principes fondamentaux visant à réglementer l’accès et le partage des avantages, notamment le fait que l’accès aux ressources naturelles, leur utilisation et le partage des avantages en découlant doivent être fondés sur des « conditions convenues d’un commun accord »2. Le Protocole de Nagoya fait référence au partage des résultats de la recherche-développement, au versement des redevances et à la titularité conjointe des droits de propriété intellectuelle (PI)3. L’Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle (OMPI) a élaboré un guide qui vise à assister les fournisseurs et les utilisateurs de ressources naturelles et des savoirs traditionnels qui leur sont associés, dans le cadre de la négociation et de l’établissement de clauses de PI dans les accords d’accès et de partage des avantages. Le guide décrit de quelle manière les droits de PI peuvent être exploités et gérés afin de réaliser les objectifs visés, et comment les avantages découlant de l’utilisation peuvent être créés et partagés de façon juste et équitable, favorisant ainsi la conservation et l’utilisation de la biodiversité4. Par ailleurs, on sait que les activités de recherche-développement dans le secteur pharmaceutique sont associées à des risques et à des investissements élevés. En effet, il est largement reconnu que : le processus de développement d’un médicament peut s’étendre sur 15 ans; seulement environ 16 % des molécules qui entrent en phase clinique seront approuvées; seulement 1 médicament commercialisé sur 5 génère des recettes égales ou supérieures au coût de recherche-développement mis en jeu5.  Ainsi, dans le domaine de l’industrie pharmaceutique, la propriété intellectuelle, notamment les brevets et la protection des données, est considérée comme un instrument essentiel pour la garantie des avantages économiques découlant de l’innovation. Les efforts en cette période intense de développement d’un médicament/vaccin contre la COVID-19 sont bien sûr axés sur les aspects techniques directement liés à la recherche-développement. Néanmoins, il est bon pour les divers acteurs impliqués de ne pas perdre de vue l’importance des accords régissant les différentes ententes de collaboration et accords d’accès et de partage des avantages.   En particulier en ce qui concerne les produits naturels, il est essentiel, tant pour les fournisseurs de ressources naturelles et des savoirs traditionnels qui leur sont associés que pour les utilisateurs de ces ressources et savoirs, que de bonnes clauses relatives aux innovations et aux brevets éventuels soient présentes dans les accords. Nous explorons ci-dessous quelques-unes de ces clauses. Considération initiale – décider de breveter ou non Certains facteurs sont à considérer, tels que la nature et l’objet du projet, la valeur escomptée des résultats du projet, les objectifs commerciaux, la capacité de gérer les brevets acquis. La décision de breveter ou non dépend en grande partie de la question de savoir si les avantages découlant de la protection par brevet compenseront le coût lié à son obtention. Confidentialité Quels sont les éléments dont il faut préserver la confidentialité afin de garantir que la divulgation ne compromette pas les chances d’obtenir une protection par brevet? Les accords devraient inclure des clauses claires sur la gestion de l’information (publication d’articles scientifiques, présentations orales à des conférences, communiqués de presse). Les parties peuvent convenir de faire des divulgations publiques seulement après approbation mutuelle et dépôt d’une demande de brevet. Certains territoires (Canada, États-Unis, Japon) offrent une période de grâce lorsqu’une divulgation de l’innovation a eu lieu, mais pour d’autres territoires (Europe, Chine) une telle période de grâce n’existe pratiquement pas. Lorsqu’une protection par brevet est désirée, la « US Provisional Patent Application » est un outil important dans la gestion de la confidentialité de l’innovation en développement. Brevetabilité des résultats de la recherche-développement Si une substance naturelle telle quelle ne peut généralement pas faire l’objet d’un brevet, plusieurs aspects des résultats découlant de l’utilisation des ressources naturelles et des savoirs traditionnels qui leur sont associés peuvent faire l’objet d’une protection par brevet : pourvu que l’innovation soit nouvelle, non-évidente et présente une utilité. Parties obtenant les brevets Doit-on adopter un principe général applicable à toutes les innovations résultant de l’utilisation des ressources naturelles obtenues du fournisseur? Doit-on adopter une obligation pour l’utilisateur de rendre compte de toute innovation mise au point et de convenir des modalités d’obtention d’un brevet? Pays dans lesquels une protection par brevet peut être obtenue Cette détermination est effectuée en tenant compte des marchés clés, des lieux stratégiques de fabrication du médicament et d’autres considérations tels que le pays de provenance des ressources naturelles et des savoirs traditionnels qui leur sont associés. Selon le nombre de pays finalement choisis, une stratégie qui passe par la « Demande internationale PCT » pourrait être envisagée.  Inventeurs Il est important de nommer les « vrais » inventeurs lors du dépôt de la demande de brevet – la validité du brevet éventuel pourrait en dépendre. Il se peut que les personnes qui ont participé seulement à la collecte des ressources naturelles ou à la vérification des résultats découlant de l’utilisation ne se qualifient pas comme inventeurs. Le niveau de contribution scientifique est un des principaux facteurs à considérer. Titularité des brevets éventuels Le protocole de Nagoya mentionne la propriété conjointe (fournisseur-utilisateur) des brevets comme mécanisme possible de partage des avantages. Cependant, les entreprises de l’industrie pharmaceutique l’acceptent difficilement. Elles tentent d’éviter les complications et les incertitudes juridiques liées à une cotitularité. En effet, bien que la plupart des pays incluant le Canada exigent que le cotitulaire d’un brevet obtienne le consentement de l’autre cotitulaire pour concéder une licence, ce n’est pas le cas aux États-Unis, où un cotitulaire peut concéder une licence sans le consentement de l’autre et sans avoir à donner de justifications concernant les redevances ou autres paiements. Une option souvent adoptée est celle où l’utilisateur retient la titularité du brevet et le fournisseur obtient une licence libre de redevance. Néanmoins, certains fournisseurs considèrent cette option inéquitable puisqu’il n’y a pas de cotitularité de brevet. En cas de cotitularité, il faudrait bien sûr déterminer comment seront réparties les responsabilités entre le fournisseur et l’utilisateur : qui sera responsable du dépôt de la demande de brevet, qui sera responsable du maintien en vigueur du brevet, d’où viendront les ressources nécessaires à l’exécution de ces activités? Exploitation du brevet Quel est le modèle le plus approprié d’exploitation du brevet et de diffusion de l’innovation : par exemple, licence, cession ou coentreprise? Qui négociera et approuvera les modalités de tout accord ultérieur d’exploitation du brevet? Faudrait-il octroyer des licences à titre gratuit ou accorder des conditions préférentielles à des entités dans le pays du fournisseur ou à d’autres partenaires? Partage des avantages Comment, quand et entre qui les avantages monétaires ou non monétaires découlant de l’exploitation commerciale du brevet seront-il répartis? Quels mécanismes de partage des avantages peuvent être appliqués dans ce cas? Gestion des conflits entre fournisseur et utilisateur Il est important de déterminer le ressort et le mode de résolution des conflits (médiation, arbitrage (lié ou non), action civile). Litiges Seulement le titulaire d’un brevet peut intenter une poursuite pour contrefaçon. Si seulement une partie entre le fournisseur et l’utilisateur est titulaire du brevet, on peut prévoir la coopération de l’autre partie. Fin de la collaboration Elle peut arriver pour toutes sortes de raisons, par exemple suite à des problèmes liés au flot des ressources naturelles (volume, qualité). Que deviennent les brevets acquis? Conclusion Il est important, tant pour les fournisseurs de ressources naturelles et des savoirs traditionnels qui leur sont associés que pour les utilisateurs de ces ressources et savoirs, de bien penser la relation à l’avance. Il est fort probable que les travaux de recherche-développement utilisant les ressources naturelles mèneront à des innovations brevetables. Si la cotitularité des brevets n’est pas envisagée, il est important de s’assurer d’inclure dans les accords des clauses pertinentes menant à une répartition juste et équitable des avantages monétaires ou non monétaires découlant de l’exploitation commerciale des brevets.   Newman D. et Cragg G., « Natural products as sources of new drugs over 30 years from 1981 to 2014 », Journal of Natural Products (2016), 79.3, 629-661. Convention sur la diversité biologique. Protocole de Nagoya. Organisation Mondiale de la Propriété intellectuelle (OMPI) (2018), Guide des questions de propriété intellectuelle dans les accords d’accès et de partage des avantages. Rapport d’experts juridiques et techniques sur les concepts, les termes, les définitions et les approches sectorielles (UNEP/CBD/WG-ABS/7/2).

    Lire la suite
  1. Béatrice Ngatcha nommée au CA de l’Institut de la propriété intellectuelle du Canada

    Lavery a le plaisir d'annoncer que Béatrice Ngatcha, associée au sein du groupe de propriété intellectuelle, a de nouveau été élue au conseil d'administration 2022-2023 de l'IPIC lors de leur assemblée générale annuelle. L'IPIC est l'association professionnelle à laquelle adhèrent les agents de brevets, les agents de marques de commerce et les avocats spécialisés dans tous les secteurs du droit de la propriété intellectuelle. Béatrice est impliquée dans le développement et le rayonnement de l'IPIC depuis 2003, cette nomination est un témoignage et une reconnaissance de la profondeur de son expertise au service de la propriété intellectuelle. Pour plus d'information, consulter la page de l'IPIC :Par ici

    Lire la suite
  2. Béatrice Ngatcha nommée au CA de l’Institut de la propriété intellectuelle du Canada

    Lavery a le plaisir d’annoncer que, Béatrice Ngatcha, associée au sein du groupe de propriété intellectuelle, a été élue au conseil d’administration 2021-2022 de l’IPIC lors de leur assemblée générale annuelle tenue le 29 septembre dernier. L’IPIC est l’association professionnelle à laquelle adhèrent les agents de brevets, les agents de marques de commerce et les avocats spécialisés dans tous les secteurs du droit de la propriété intellectuelle. Béatrice est impliquée dans le développement et le rayonnement de l’IPIC depuis 2003, cette nomination est un témoignage et une reconnaissance de la profondeur de son expertise au service de la propriété intellectuelle. Pour plus d’information, consulter la page de l’IPIC dédiée à son conseil d’administration : Par ici

    Lire la suite
  3. Béatrice Ngatcha nommée éditrice en chef de la Revue canadienne de Propriété intellectuelle

    Nous sommes heureux d’annoncer que notre professionnelle, Béatrice Ngatcha, a été nommée au poste d'éditrice en chef de la Revue canadienne de propriété intellectuelle (RCPI) lors de l'assemblée générale annuelle de l'Institut de la Propriété intellectuelle du Canada (IPIC) en septembre dernier.  Pour un mandat de deux ans, son rôle à titre d’éditrice en chef sera de coordonner le processus de révision et de s’assurer que seuls les articles de haute qualité sont publiés. La RCPI est une revue destinée aux professionnels oeuvrant en propriété intellectuelle. Elle révisée par des pairs, les réviseurs ne connaissent pas l’identité des auteurs et les auteurs ne connaissent pas l’identité des réviseurs.

    Lire la suite